succès

Le fonctionnement du cerveau dans l’apprentissage

Spread the love

Eric Gaspard est professeur de Mathématiques venu témoigner aux TEDx speaks.

Il a travaillé à élever le niveau d'apprentissage des élèves de sa classe avec laquelle la communication se passait très bien. La classe participait bien et avec plaisir. Il a ainsi observé une progression des résultats moyens jusqu'à un plafond semblant impossible à dépasser pour la moitié de sa classe qui stagnait. Il constata que cette moitié d'élèves avaient développé la croyance que l'intelligence était une donnée fixée à la naissance et que c'était ainsi pour toute leur vie. Il compris alors qu'ils se bridaient eux-mêmes et que tout ces efforts étaient vains puisque leur croyance venaient les limiter de façon plus forte et ralentir leur progression!

Comprendre le fonctionnement de ces croyances et du cerveau est nécessaire pour débrider sa capacité d'apprentissage. Je le répète régulièrement, mais j'insiste: "vos capacités sont illimitées".

Voici 3 connaissances indispensables et validées par les neurosciences

Le cerveau enregistre et il sait aussi effacer

Le cerveau enregistre facilement lorsqu'il trouve une utilisé dans le futur proche. Le cerveau efface rapidement les informations qu'il juge inutile pour le futur proche.

Vous entrer dans une réunion professionnelle et votre enthousiasme n'est pas débordant. On fait un tour de table pour que chacun se présente et là vous constatez après ce tour de table que vous n'avez retenu aucun prénom! Si vous n'en trouvez pas une utilité (enthousiasmente) dans votre futur proche, alors vous aurez filtré tout simplement cette information et tout vos efforts seront vains. Vous finirez même peut être avec cette lamentable croyance (autre qu'une généralisation d'un évènement) qui ne fera que vous limiter encore plus: "je ne retiens pas les prénoms".

Conclusion, si vous voulez que ceux qui vous écoutent retiennent ce que vous leur racontez, commencez par les aider! Dites leur l'objectif à atteindre ainsi que la nécessité de mémoriser les informations qui vont suivre pour atteindre cet objectif: l'organisateur de la réunion peut par exemple dire: " nous allons travailler pendant 1 heure ensemble sur ce projet (si vous parlez des 6 mois à venir, vous avez déjà perdu l'audience qui n'a plus d'objectif court terme!), et afin d'avoir une bonne communication entre nous et de pouvoir mieux interagir, nous allons nous assurer que nous nous connaissons. Faisons un tour de table de présentation et retenons un maximum d'informations".

Vous envoyez un message d'utilisé pour le futur proche!

Le cerveau n'est pas multi objectif et cela est indépendant de l'âge et du sexe

Le cerveau traite un seul objectif à la fois et de façon séquentielle sauf quand un des objectifs est automatisé (par exemple faire la vaisselle et parler à un passager), mais même dans cette situation si la conscience à besoin d'être sollicitée alors elle le sera en alternance entre vaisselle (rattraper une assiette qui tombe par exemple) et écouter/parler sur une conversation qui n'a pas le même objectif que l'action en cours. Faites l'essai et observez comment votre concentration est sollicité d'un objectif à l'autre et comment il se peut que vous passiez à côté de quelque chose d'important (un verre est mal lavé, ou votre ami vous dit une information importante qui vous échappe!)

Cela peut sembler évident, cependant pour avoir entendu des phrase comme: "je peux faire 3 choses à la fois..." Et bien je suis au regret de vous dire que la réponse est non. Elles sont simultanées avec bascule plus ou moins rapide d'une action à l'autre selon le choix d'urgence ordonné par l'inconscient. Vous pouvez donc remplacer cette phrase par celle-ci désormais: "moi je suis performant dans l'alternance des tâches!"

Le cerveau se reconfigure sans cesse

A chaque instant votre cerveau remet tout à neuf et de nouveau cela quelque soit l'âge et le sexe.

Plus le chemin neuronal (c'est à dire le chemin qui a construit une pensée) est emprunté et plus il sera stable et ineffaçable. C'est ce qui se passe en jouant d'un instrument de musique régulièrement. C'est aussi se qui se passe lorsque nous décidons de valider certaines croyances comme: "je suis nul en mathématiques" par exemple.

Lorsque vous voulez changer de croyance, apprendre une nouvelle discipline, alors le doute est là. Et oui c'est normal vous avez construit des croyances pour valider votre choix précédent et plus cela aura été installé dans le temps plus cette croyance sera stabilisé dans votre cerveau donc le changement se fera par petits pas, petites étapes, petits succès. Puis qui viendront grandir et à leur tour se stabiliser vers une nouvelle croyance qui viendra effacer la précédente.

Il n'est pas nécessaire d'identifier la croyance en cause de la limitation de progression de l'apprentissage, la transformation se fait en effet naturellement lorsque vous avancez. Le seul et unique enjeu pour apprendre est de s'amuser, de dégager du plaisir dans ce que vous apprenez. C'est ainsi que les nouvelles connexions neuronales se font. Plus le chemin de plaisir vers l'apprentissage est déployé et plus l'apprentissage est accéléré (cela peut être phénoménal lorsque l'on maitrise l'art du dégagement de son plaisir... et pour cela rappellez-vous de votre besoin de connaitre votre objectif court terme dans cet apprentissage). Les "anciennes" croyances qui vous limitaient deviennent alors obsolètes et finissent par être effacées de votre cerveau pour laisser place à la nouvelle croyance qui vous transporte vers votre réussite.

Décidez, Agissez, Vivez!

 

Les articles complémentaires:

 

Image: Designed by Freepik